• UNE PAGE D'HUMOUR

    RETOUR VERS ACCUEIL  UNE PAGE D'HUMOUR


    Un peu d'humour n'a jamais fait de mal à personne.

    Voici un mixage d'articles humoristiques issus du net, et parfois même de mon imagination.

    "Les Bronzés font du ski"

  • Décidemment, nos amis suisses ont de la suite dans les idées...

    Voici un condensé de quelques uns des clichés pris au cours de leurs fonctions... (rappelons qu'ils sont déjà à l'origine du contrôle radar dans le van - voir article précédent) ou transmis par leurs collègues.

    Bien cachés ???

    Leurs cachettes sont-elles vraiment efficaces, comme c'est le cas en Côte d'Ivoire ?

    Mises à part leurs cachettes saugrenues, ils mettent aussi des PV particuliers...

    Ne font aucune discrimination lors de leurs arrestations (même pas pour nos amis les animaux !)

    Et s'étonnent encore parfois des "trouvailles" des usagers de la voie publique !!!

    Usagers à qui l'on a pourtant pris soin de bien indiquer ce qu'il faut faire ! (ou pas !!!)

    Même les animaux font de la prévention routière... voyez ce magnifique ralentisseur Guyannais :

    Mais que voulez-vous, quand la fatalité est là... nos amis suisses ne peuvent que constater : le Titanic a bien coulé !


    3 commentaires
  • Petite histoire issue de nos amis suisses... et pas n'importe lesquels... (vu sur le site de...

    Si, si !!!

    -------------------------

    C'est un groupe de 5 personnes qui se font contrôler à la Douane.

    Après avoir lu le permis de conduire, le douanier dit au chauffeur du véhicule :

    - Vous conduisez une Audi Quattro, or, vous êtes 5 personnes dans la voiture. Une personne doit descendre 

    N'en croyant pas ce qu'il vient d'entendre, le chauffeur lui répond en souriant :

    - Mais Monsieur l'Agent, Audi Quattro est le Nom de la Marque et n'a RIEN à voir avec le Nombre de Passagers du véhicule.

    Le douanier réitère son ordre !. Tandis que le chauffeur essaye de lui faire entendre raison.

    Devant le refus d'obtempérer des quidams, le douanier met sa main sur la crosse de son revolver et répète une Dernière fois ! son Ordre !!

    Le chauffeur excédé et voyant que la situation dégénère demande :

    - M'enfin, c'est une histoire de Fous. Appelez donc votre Chef, on ne va pas y passer la nuit !

    Et le douanier répond, à bout de nerfs :

    - Il ne peut pas ! Il est occupé sur une Fiat UNO. avec 2 passagers !!!...


    1 commentaire
  • Le Larousse 2013 est sorti ! 

    Pour que vous ne soyez pas trop ringard vis à vis des "jeunes" qui vous entourent ...

    * * * * * * * Balle (C'est de la) : Exprime l'enthousiasme, quelque chose de bien, de beau, de positif. Cette meuf, c'est de la balle (Je ne suis pas insensible aux charmes de cette demoiselle). 

    * * * * * * * Bouffon : Qui ne s'apparente pas au clan. Nique lui sa race à ce bouffon ! (Rabats lui son caquet à cet individu qui ne s'apparente pas à notre milieu !). 

    * * * * * * * Carotte : Du verbe carotter (extorquer, voler), mais dans une forme invariable. Il m'a carotte un zedou de teuchi, l'bâtard, tu vas voir comment je vais le niquer grave (Le scélérat m'a dérobé douze grammes de cannabis, il va s'en mordre les doigts). 

    * * * * * * * Chelou : Bizarre, inhabituel. Par extension, qui ne s'apparente pas au clan. La prof d'anglais elle a des veuch tout chelous (Ce n'est pas tous les jours que l'on voit une coupe de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeur d'anglais, qui par extension ne s'apparente pas à notre milieu). 

    * * * * * * * Comment : Exprime l'intensité. Comment je lui ai niqué sa race à ce bouffon ! (Je sors indéniablement vainqueur du combat qui m'a opposé à cet individu qui ne s'apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s'entend, et avec la sportivité qui s'impose en de pareilles circonstances).

    * * * * * * * Foncedé : Se dit d'une personne qui vient de consommer du cannabis. Je suis foncedé (Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s'écoule sur mon menton et je rigole comme un décérébré, sans aucune raison. J'ai payé assez cher pour me mettre dans cet état. Bref: je viens de consommer du cannabis). 

    * * * * * * * Gun : Arme à feu. Ziva prête moi ton gun, l'aut'batârd y m'a manqué de respect (Pourrais-tu s'il te plaît me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l'importun qui n'a été qu'à moitié urbain à mon égard). 

    * * * * * * * Kiff (er) : Apprécier. Comment je kiffe trop son cul (Le sien postérieur n'est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise). 

    * * * * * * * Mortel : Bien, beau, dont on peut se réjouir (invariable). Elles sont trop mortelles tes Nike (Vos chausses s'entendraient fort bien avec mes pieds, aussi vous demanderai-je de m'en faire l'offrande sans opposer de résistance). 

    * * * * * * * Mito : Mensonge. Dérivé de mythomane (menteur). On me fait pas des mitos à moi, bouffon ! (Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos sornettes, individu qui n'appartient pas à notre milieu !). 

    * * * * * * * Race (sa) : Exprime le mécontentement. Sa race ! (Je suis d'humeur maussade). Sa race, c'bouffon ! (Mon anneau pylorique est complètement fermé. C'est le résultat de la proximité de cet individu).

    * * * * * * * Sérieux : Indique que le propos est grave, solennel, et qu'il faut donc lui accorder le plus grand crédit. Sérieux, j'kiffe trop son cul à votre fille (Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander la main de votre fille). 

    * * * * * * * Tèj : Jeter, refuser, réfuter, envoyer promener. T'aurais vu comment Jamel il a tèj la prof d'anglais ! (Le facétieux Jamel ne s'est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeur d'anglais !). 

    * * * * * * * Trop : Exprime l'intensité. En cela, synonyme de comment. Trop et comment peuvent éventuellement cohabiter dans la même phrase, pour exprimer une intensité très élevée. Trop la honte, ce blouson (Ce blouson est ridicule, et dans des proportions considérables). Trop comment je suis foncedé ! (J'ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle en pâtisse pour la paire d'heures à venir). 

    * * * * * * * Truc-de-ouf : Désigne une chose peu commune, qui dépasse l'entendement. C'est un truc de ouf ! (Mon dieu, mon entendement est tout dépassé !). 

    * * * * * * * Zyva : Indique que la demande est pressante. Zyva, fait méfu, sale chacal (Ne sois donc pas si avare de ta cigarette purgative, et fais en profiter ton vieil ami qui trépigne d 'impatience).


    1 commentaire
  • Alors que l'on croit que c'est du cheval...

     

    Tromperie sur la viande... on n'en sortira pas !...

     

    il s'avère que c'est du poulet...


    2 commentaires
  • ERREUR SUR LA PERSONNEA cause de la stérilité du mari, les Martin ne pouvaient pas avoir d'enfants et ils décidèrent un jour de faire appel à un père de substitution pour agrandir la famille. Le jour où le père de substitution devait arriver, M. Martin embrassa sa femme et dit :

    "Je m'en vais. Le type sera bientôt la."

    Une demi-heure plus tard, par hasard, un photographe spécialisé dans les photos de bébés faisant du porte-à-porte sonna chez les Martin en espérant pouvoir vendre ses services.

    - Bonjour madame, je viens pour... ?

    -      - Oh non, pas besoin d'explication. Je vous attendais... l'interrompit Mme Martin.

    -      - Vraiment ??, fit le photographe. Très bien. Vous savez, je suis un vrai spécialiste des bébés.

    -      - C'est pour cela que je vous attendais... Entrez donc et prenez un siège. Apres un moment, rougissante, elle demanda : Eh bien, par où commençons-nous ?

    -      - Remettez-vous en à moi. Habituellement, j'essaie deux fois dans la baignoire, une fois sur le canapé et éventuellement deux fois sur le lit. Parfois, le sol du salon c'est sympa aussi. On peut vraiment faire ca n'importe où !!

    -      - Baignoire, sol du salon ? Pas étonnant que Jean, mon mari, n'y soit pas arrivé...

    -      - Madame, aucun de nous ne peut garantir un bon résultat à chaque fois. Mais si nous essayons plusieurs positions et que je   les prenne suivant six ou sept angles, je suis certain que vous serez satisfaite des résultats.

    -      - Mais ça fait beaucoup, quand même... s'étrangla Mme Martin.

    -      - Madame, suivant ma méthode, un homme doit prendre son temps.

    -      - Je ne savais pas... fit timidement Mme Martin.

     

    Le photographe ouvrit sa sacoche et sortit un album de photos de bébés.

    -      - Celui-ci a été fait sur le toit d'un bus à Londres.

    -      - Oh, mon Dieu !?, s'exclama Mme Martin, triturant son mouchoir.

    -      - Et pour ces jumeaux, le résultat est exceptionnellement bon quand vous considérez combien ça a pu être difficile pour la mère.

    -      - Elle a eu des difficultés ??, demanda Mme Martin.

    -      - Ho que oui !. J'ai dû l'emmener au Zoo de Vincennes pour faire correctement le boulot. Les gens se sont agglutinés sur 4 ou 5 rangs, se poussant pour avoir la meilleure vue. Une vraie représentation théâtrale !

    -      - 4 ou 5 rangs ??, demanda Mme Martin, les yeux écarquillés d'étonnement.

    -      - Oui, répondit le photographe, Et ça a duré plus de 3 heures ! J'avais du mal à me concentrer. Quand le soir est tombé, j'ai pu enfin commencer. Et puis, quand les écureuils se sont mis à mordiller mon équipement, j'ai juste eu le temps de tout remballer. 

     

    Mme Martin se pencha :

    -      - Vous voulez dire que les écureuils ont mâché votre... hum...équipement ??

    -      - Exact. Bon, madame, si vous êtes prête, je vais installer mon trépied et nous pourrons commencer.

    -      - Votre... TREPIED ???

    -      - Oh oui, j'ai besoin d'utiliser un trépied pour maintenir mon Canon. Il est vraiment trop gros pour que je puisse le tenir longtemps....Madame ??? MADAME ???? .... Oh mon Dieu, elle s'est évanouie !


    1 commentaire
  • Trois gendarmes mobilisés pour… un hamster !

    Faits diversdimanche 28 avril 2013

    L’histoire fait beaucoup rire les gendarmes. Samedi soir, un peu après 23 h, ils sont appelés pour un tapage nocturne à Crévin, au Sud de Rennes. L’habitante d’une maison se plaint d’« un bruit régulier, comme une balle, qui tape contre un mur ». Elle est excédée.

    Un bruit fantôme

    À deux reprises déjà, elle est allée voir sa voisine habitant la maison mitoyenne. Celle-ci lui a expliqué qu’elle entendait aussi le bruit contre son mur et juré qu’elle n’y était pour rien. La femme n’en croit rien. Elle décroche son téléphone et demande aux gendarmes de « faire quelque chose ».

    Une patrouille de trois hommes se rend sur place. Ils tendent l’oreille. Entendent eux aussi le bruit fantôme… Et découvrent qu’il s’agit du hamster de la plaignante qui, en bougeant, fait cogner sa cage contre le mur. La voisine n’y est effectivement pour rien.

    Le hamster en garde à vue ?

    Les trois gendarmes ont quitté le domicile de la dame un peu avant 2 h du matin, après être restés plus d’une heure sur place à la recherche de l’origine du bruit mystérieux.

    Le hamster a-t-il été placé en garde à vue ? « Pas besoin, il était déjà dans une cage », plaisante un gendarme.


    1 commentaire
  • Pas forcément très humoristique, mais à méditer  Article paru ce jour sur Ouest France !

    Il y a parfois des éléments qui fond froid dans le dos, pour un peu que l'on soit un peu influencable spirituellement.

    Les codes-barres ont 40 ans. Un procédé qui a fait gagner du temps et de l’argent. Mais cet alignement de barres a également été l’objet de théories sataniques

    C’est une théorie qui a agité les fanatiques de tous poils dès l’apparition des premiers codes-barres dans les années 1970. La raison ? La présence, dans tous les codes-barres du « chiffre du diable », le 666. Tous comportent au début, au milieu et à la fin, une double barre fine et rapprochée correspondant au chiffre 6 en « langage code-barres ».

    Une simple coïncidence ?

    Or, il est écrit dans l’Apocalypse qu’à la fin des temps « personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » (Apocalypse chapitre XIII, 17). Suffisant pour faire monter la mayonnaise et tourner en boucle les théories les plus farfelues. Pour George Laurer, ancien ingénieur chez IBM et inventeur du code-barres moderne, la présence de ces trois 6 est une simple coïncidence.


    2 commentaires
  • Le poussin piou...En ce début d'année 2013 ; en ce temps si morose... un peu de légèreté ne peut nuire à personne !

    Nouvelle star du net, le poussin piou envahit notre quotidien. Personnellement, cette comptine me fait vraiment marrer. 

    Si vous ne connaissez pas, allez bien jusqu'au bout de la vidéo !

    Pour les autres, vous pouvez toujours vous amuser à relever le challenge de chanter en même temps... (fortement déconseillé si vous psychotez ou si vous manquez de souffle !!!)

     


    1 commentaire
  • Des centaines de curieux se sont déplacés ce samedi dans la petite ville espagnole de Borja (nord-est) pour admirer le portrait du Christ récemment défiguré par une vieille dame, qui, en voulant le restaurer, a déclenché l’hilarité chez les internautes du monde entier.

     La commune « va devenir célèbre »

    « La peinture précédente était aussi très jolie, mais celle-là, je l’aime bien », a confié une femme venue spécialement pour l’occasion et interrogée à la télévision publique, dont les images montraient une longue file d’attente pour s’approcher de l’œuvre, peinte sur une colonne de l’église et désormais protégée par un cordon de sécurité.

    « La dame aurait pu se décider à le faire avant ! », s’amusait une autre, soulignant que la commune, qui organisait samedi sa fête patronale,« va devenir célèbre » grâce à elle.

    Micro à la main, l’un des organisateurs de la fête a d’ailleurs tenu, devant le public, à « soutenir celle qui a fait que notre ville soit connue partout dans le monde ».

     Des moqueries sur le net

    Sur internet, le travail de « restauration » de l’octogénaire a inspiré nombre de commentaires et de versions détournées, montrant par exemple les visages du roi Juan Carlos ou du chef du gouvernement Mariano Rajoy sous la chevelure ébouriffée de la nouvelle version.

    Ce samedi, quelque 18 000 personnes avaient signé une pétition contre le projet de la ville de restaurer la peinture dans sa version d’origine, une équipe de professionnels étant attendue lundi pour évaluer ce qu’il est possible de faire.

    L’intervention de l’artiste en herbe « est un reflet intelligent de la situation politique et sociale de notre temps », assure la pétition, mise en ligne sur le site www.change.org, y voyant « une critique subtile des théories créationnistes de l’Eglise » et comparant son style à ceux de Goya, Munch ou Modigliani.


    votre commentaire
  • Espagne. La restauration d’un tableau tourne au massacre

    Cette peinture murale, un Ecce Homo, est l’œuvre d’Elias Garcia Martinez, un peintre du XIXe siècle. Elle orne l’église de Borja, dans la province de Saragosse, en Espagne. A gauche sur la photo, voici l’état de la peinture en 2010.

    En juillet dernier, elle avait été photographiée, en très mauvais état, lors d’un inventaire du patrimoine religieux de la commune (image du centre) 

    Mais il y a quelques jours, on a découvert avec surprise qu’une main anonyme, et visiblement peu habile, avait restauré le tableau ! Le résultat est à droite…

    Initiative personnelle

    Sur son blog, le centre d’études de Borja s’est ému et a prévenu les autorités. Après enquête, la « restauration » est l’initiative personnelle d’une octogénaire, voisine de l’église. Sans demander de permission et pensant bien faire, elle a pris un pinceau et entrepris de restaurer la fresque. En débordant un peu…

    Un rapport est en cours pour déterminer les dommages occasionnés, et leur éventuelle réversibilité.


    1 commentaire
  • Ah, ah, ah, j'ai retrouvé le sketch que j'avais dû ôter suite au retrait de la vidéo sur Youtube


    votre commentaire
  • Partir avec les enfants des autres... selon Florence Foresti

    En extra bonus, vous comprendrez aussi à travers ce sketck pourquoi mes amies on capitulé et ne n'appellent plus à la maison 


    1 commentaire
  • La grossesse et la brigade des nurses vues par Florence Foresti...

    A mourir de rire, surtout pour nous les femmes qui sommes passées par là, mais aussi pour vous, Messieurs, qui nous reconnaitrez sans difficulté !


    1 commentaire
  • ARTICLE ENRICHI LE 29/07/2012

    10 minutes à passer ? Ecoutez et regardez, c'est juste délirant !!!.... Un autre personnage de Jeff Dunham hors du commun,

    Achmed ! NOS COMPAGNONS ANIMALIERS  mon PREFERE !

     

    Et voici Achmed le soir de Noël...

     

     Et pour couronner cet excellent personnage... voici son fils... et non, il n'est pas décédé !!! (par contre cette vidéo n'est pas soutitrée)

     


    votre commentaire
  • Cette histoire vraie pourrait en laisser certains rêveurs...
     Une nymphomane séquestre son amant pendant 4 jours
    Un artisan allemand de 43 ans a fait la rencontre d'une femme de 47 ans aux appétits sexuels débordants. Après quatre jours de sexe non stop, il s'est réfugié sur le balcon pour appeler la police à lui venir en aide.
    Une œillade, un verre échangé, un flirt, le courant passe bien. Une nuit qui se termine sous la couette. Bref, une rencontre dans un bar comme il y en a des milliers chaque jour dans le monde. Sauf que cette fois-ci, en Allemagne, l'histoire s'est conclue avec l'arrivée de la police.
    Retour sur un fait divers des plus insolites.
    Ce lundi, dans un pub de Munich, au sud de l'Allemagne, un artisan de 43 ans fait la rencontre d'une femme âgée de 47 ans. Après un échange amical autour d'une bière, la femme invite l'homme à la rejoindre chez elle. C'est à partir de cet instant que le cauchemar débute pour l'artisan. En effet, il a à faire à une personnes à l'appétit sexuel dévorant.
    Avoir une nymphomane dans son lit, bon nombre de personnes en rêveraient. Mais cet artisan va vite déchanter. En effet, pendant quatre jours il va subir les attaques sexuelles répétées de l'amoureuse insatiable. Après plusieurs passages à l'acte, l'artisan souhaite quitter le petit nid d'amour qu'il commence à trouver légèrement étouffant. Sauf qu'il n'en aura pas l'occasion. Sa conquête d'un soir refuse de le laisser partir avant qu'ils aient de nouveau couché ensemble. Mais pas qu'une fois, plusieurs, à répétition, jusqu'à épuisement, selon la police allemande.
    Contraint et forcé, l'homme se soumet aux désirs de sa partenaire affamée, espérant toutefois pouvoir s'échapper au moindre repos de celle-ci. Sans succès, la femme ne se fatigue jamais.
    Ce jeudi, après quatre jours de sexe non-stop, il parvient finalement à se réfugier sur le balcon et appelle des policiers. Les forces de l'ordre, une fois sur les lieux, vont subir les foudres de la femme.
    Après un passage au poste, cette dernière a été laissée libre. Elle devra cependant répondre de faits présumés d'«agression sexuelle » et de «séquestration ».
    Par Maxime Ricard
    pour France  Soir

    Ce que ne précise pas l'article, c'est la mesure des "foudres" subies par les forces de police. Avoir une brigade entière de policiers, hommes sportifs et vaillants, à disposition aurait-il été du goût de la gente dame ? Hum, miam miam... pour une gourmande de la sorte, nul doute qu'il faut être plusieurs pour rassasier ses appétits. Ont-ils aussi dû lutter pour s'échapper de ses griffes affamées ?
    Je vous laisse imaginer.

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique